Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Graines de pensées...

Le Togo, pays de gaspillage...?

17 Février 2016 , Rédigé par TEVI-BENISSAN Daté Martial Publié dans #Découverte du Togo, #Vie en Société, #Gestion-Finances-Marketing

Vue descendante depuis la Colombe de la Paix
Vue descendante depuis la Colombe de la Paix

Je n’ai pas beaucoup voyagé en Afrique certes mais j’ai eu la chance de visiter les trois pays limitrophes de mon pays le Togo, d’aller jusqu’au Mali, en Côte d’Ivoire, au Sénégal, en Ethiopie, en Guinée-Bissau. J’aime beaucoup ce petit pays qu’est le mien car il a une forme généreusement petite et possède une population des plus pacifiques de la sous-région. D’ailleurs notre histoire nous a enseigné que toutes ces populations, venues d’ailleurs (Nigéria, Ghana et autres), avaient fui la guerre. Mon pays est donc un pays de paix. Mais quelle paix ! Je ne vais pas en dire plus dessus.

Pendant le temps de la colonisation, le Togo était appelée la Colonie-Modèle. Car avait un bon plan de développement et donnait l’exemple dans la sous-région. Mais voilà qu’aujourd’hui, après plus de 55 ans d’indépendance, mon pays se retrouve à la traine. Pourquoi ?

Une réflexion basée sur les principes du développement économique me fait penser au processus des pays industrialisés dans les années 1880-1900. Tout commence avec l’homme et qui dit l’homme parle de besoins.

Le premier besoin de l’homme est l’alimentation car tu peux bien posséder toutes les richesses de ce monde, tu auras forcément besoin de manger. Même Jésus n’a jeûné que pendant 40 jours et là c’est parce que c’est un Dieu fait homme. Alors, que nous montre la cartographie du Togo ? Un pays avec une petite population d’environ 7,5 millions (estimations 2015), sur un territoire de 56785 km². Vraiment un petit pays, une petite population et peut-être à cause de cela, un petit rêve de développement.

Faites juste le voyage Lomé-Kpalimé et vous verrez toutes ces terres cultivables inexploitées. Que du gaspillage. Et à plus forte raison, des hectares de terrain brûlés par les feux de brousse pour permettre un défrichage rapide : un grand risque car cela pourrait engendrer des incendies incontrôlées et mettre en péril les habitations voisines. Qu’est-ce qui nous empêche d’opter pour des machines agricoles ? Quel type de demande fait notre gouvernement en matière d’aide au développement ? Juste du fric ? Pourquoi ne pas demander du matériel et mettre en place des structures de gestion en intégrant les populations locales ? On aurait tous à y bénéficier. Ce gaspillage en passant ne concerne pas que mon pays mais plusieurs pays de la sous-région. Car les ressources naturelles n’ont vraiment aucune importance pour nous.

Un autre gaspillage concerne les ressources financières. Quels projets pour un développement durable ? Aujourd’hui, nous avons beaucoup d’infrastructures routières en chantier. C’est bien. Car le développement passe aussi par là. Mais quelles retombées économiques vraiment ? Juste une promesse de campagne pour être réélu ? Quelle vision à long terme ? Qui ou quoi pour rembourser les fonds empruntés aux bailleurs internationaux qui usent de ce moyen pour maintenir un goulot d’étranglement sur le développement de nos pays ? Quels sont les projets autonomes (c’est-à-dire qui deviendront autonomes pour se financer eux-mêmes dans un moyen ou long terme) dont nous disposons ?

Le développement de nos économies passe aussi par la prise en compte des énergies renouvelables, et moins coûteuses quand on fait un amortissement sur le long terme. Il est évident que seuls, le développement agricole et l’amélioration des infrastructures ne suffisent à faire le bonheur de nos économies. Il nous faut aussi avoir l’indépendance énergétique. C’est presque inconcevable pour moi, de voir un pays comme la France utiliser de l’électricité pour faire fonctionner la ville, les métros, les RER, les usines sans avoir à construire des barrages électriques et autres alors que chez nous, l’apanage est d’en avoir. Des coûts exorbitants pour un simple résultat : le délestage chronique. Oui, un délestage chronique car nous ne voulons pas investir dans le solaire. Le soleil est au moins une ressource gratuite qui devient de plus en plus intense contrairement à l’eau qui se dessèche d’années en années, au pétrole, au gaz naturel, à l’uranium…qui sont des ressources épuisables et coûteuses.

Pourquoi ne pas simplement mettre sur une ligne de panneaux solaires les lampadaires de nos villes, les feux tricolores pour commencer ? Je suis sûr que nos municipalités gagneraient beaucoup en économisant de l’énergie électrique pour les besoins des foyers, des entreprises. Certes je ne suis pas un expert mais je lis beaucoup pour savoir que c’est possible.

Le tourisme, un autre point largué et abandonné. Quel plan réel pour redorer et revigorer le tourisme dans notre pays ? C’est vrai mais beaucoup l’ignorent encore. Le Togo est un pays à fort potentiel touristique. Car nous avons beaucoup d’endroits à visiter : Château Vial, Cimetières Allemands, Lac Togo, Parc National de la Kéran, Parc Fazao Malfakassa, Maison des escales d’Agbodrafo… Je ne peux pas tout citer mais je peux dire que nous avons beaucoup à gagner en faisant la promotion de tout cela. Déjà félicitations à la Mairie de Kpalimé qui a doté la Commune de Kpalimé d’un site web (www.kpalime-togo.com) pour promouvoir le développement de la ville. Le développement du tourisme contribue à la vie de nos communes et à leur développement car c’est l’artisan qui fabrique des objets d’arts ou des cadeaux souvenirs qui valorise son art et nourrit sa famille, c’est la bonne dame du bar-restaurant qui fait découvrir les richesses culinaires du terroir, ce sont des emplois qui se créent et réduisent le taux de chômage… Et j’en passe.

Mais ce qui nous importe le plus actuellement demeure la politique politicienne qui ne nous rapporte rien depuis des décennies sinon qu’à ceux qui détiennent le pouvoir et à ceux qui copinent avec eux.

Peuple togolais, sois fière de ton pays et investis-toi pour le développement de ta localité. N’attends pas que le politique le fasse pour toi car tu n’es pas sa préoccupation première. En réalité, c'est l'Afrique qui est un continent du gaspillage.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article