Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Graines de pensées...

Retour à la case départ

22 Avril 2016 , Rédigé par TEVI-BENISSAN Daté Martial Publié dans #Vie en Société

Retour à la case départ

Comme le cycle de l'eau, nous avons aussi le cycle de la vie. Tout commence avec la conception au moment où le spermatozoïde rencontre et féconde l'ovule. Dès cet instant, une vie commence par naître. Un processus de neuf mois au terme duquel naît l'être que nous sommes.

Nos premiers moments dans cette vie sont caractérisés par l'insouciance même s'il y en a qui n'auront jamais la chance de sentir sur leur peau la chaleur de celle qui les a porté pendant tant de jours et de nuits. Cette insouciance et innocence est la période au cours de laquelle nous sommes modelés pour accomplir quelque chose dans la vie qui nous est offerte.

Même imprégnés dans les mêmes conditions de vie, car tout le monde n'a pas la chance de naître avec une cuillère dorée dans la bouche, chacun a sa particularité qui le distingue même de son frère jumeau. Nous avons différents types de comportements, d'attitude face à une situation donnée, et selon les informations qui nous guident.

L’enfance est la période certes la plus tranquille de notre existence mais aussi la plus importante. Si nous sommes sages, dociles, ou récalcitrants, timides, ou curieux, la vie nous le rendra bien un jour. Ce sont les parents qui font tout pour nous et nous indique quoi faire, nous apprennent à distinguer le bien du mal pourvu qu'ils soient eux-mêmes de bons professeurs. N'empêche, un enseignement est un enseignement.

Cette étape laisse place à l'adolescence où notre raisonnement personnel prend le dessus sur les enseignements des parents. Nous sommes dans le monde réel qui nous permet de confronter ce que nous avons appris à la maison comme à l'école à l'expérience de la vie. Les écarts constatés parfois font perdre le nord à certains et à d'autres permettent une meilleure prise de conscience.

Ensuite vient une période transitoire: la puberté. Mal gérée, on court droit à la catastrophe. Cependant, ce n'est pas parce qu'on a pris un mauvais départ qu'on ne peut pas rectifier la course et finir dans le bon couloir. Ceux qui arrivent à comprendre cette facette de la vie s'en sorte pas mal car c'est le début de la responsabilisation, le début qui nous prépare à la vie adulte.

La vie adulte ne commence pas forcément à la même période pour tout le monde. Certains déjà à 20 ans deviennent des adultes de par les adversités de la vie alors que d'autres même à 30 ans restent toujours de gros bébés. C'est de toute manière la période de la vie au cours de laquelle nous devenons pleinement responsables de nos propres choix, de nos réussites mais aussi de nos échecs. Cette période est la plus longue de notre vie car nous devons aussi des géniteurs, des éducateurs ou à vocation différente des prêtres ou religieux.

Ensuite vient la vieillesse, une période au cours de laquelle nous devenons beaucoup plus philosophes que les spécialistes en la matière. On repense à toute sa vie et on se rend compte que le vieillard qui pointait son doigt vers le ciel il y a de cela 40 ou 50 ans ne nous demandait pas d'observer son doigt mais plutôt montrait une étoile. Parfois nous avons encore la chance de corriger certaines choses. Mais souvent nous nous heurtons à une barrière dressée de la part de la jeunesse car les choses changent, le monde évolue et nos principes sont considérés comme dépassés jusqu'à ce que cette jeunesse se rende compte que les principes peuvent changer de couleur mais restent ce qu'ils sont. En effet, changer la couleur d'une voiture de noire à grise ne change pas la façon de conduire. On se prépare d'avantage à rejoindre les aïeux et on a le souci que sa progéniture ait une place confortable. Dans beaucoup de cas, c'est cette progéniture qui plutôt se prend pour nos parents et nous dictent quoi faire, où aller et quoi manger. Bref, nous redevenons des enfants pour ne pas dire des bébés. Retour à la case départ où les parents nous changeaient les couches après nos besoins.

Mais au-delà de tout ce parcours, il y a un événement qui ne nous quitte jamais et qui ne tient pas compte de ce qu'il te reste à accomplir aujourd'hui ou demain: LA MORT. Nul n'y échappera. Alors la question que je me pose en ce jour est la suivante: que se passerait-il à ma mort? Aurais-je vécu une vie exemplaire? Aurais-je laissé un héritage apprécié ou le chaos à l'humanité? Alors, que fais-tu de ta vie aujourd'hui et que penses-tu faire demain vu que tu ne sais ni l'heure, ni le moment, ni les circonstances dans lesquelles tu quitteras cette terre pour retourner à la terre? Retour à la case départ.

Bonne méditation.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article