Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Graines de pensées...

Le travail en équipe et le travail sous-pression

22 Juin 2016 , Rédigé par TEVI-BENISSAN Daté Martial Publié dans #Gestion-Finances-Marketing, #Vie en Société

Le travail en équipe et le travail sous-pression

Généralement, nous remarquons dans les offres d’emploi une mention particulière : « bonne capacité à travailler en équipe et sous pression ». cela veut dire beaucoup pour une entreprise qui est un regroupement d’individus supposés poursuivre le même objectif. Mais la réalité, c’est que chaque individu est un opportuniste et qui poursuit son propre intérêt.

Un exemple simple d’une équipe de football : il y a 11 joueurs sur la pelouse qui en début de saison veulent gagner la coupe aux grandes oreilles. Mais il y a aussi 2 ou 3 joueurs qui veulent plutôt gagner le titre de meilleur buteur ou meilleur joueur peu importe que l’équipe remporte la coupe ou pas. Et il y a d’autres qui se contentent de faire de la figuration car même sans jouer, ils sont sacrés champions et empochent les mêmes gains que ceux qui se sont échinés les fesses sur le terrain alors qu’eux ont bien profité du banc de touche. Et vont quand même empocher leur salaire à la fin du mois.

C’est ainsi que fonctionne une entreprise. Sauf que ce que beaucoup ignorent, c’est qu’une entreprise peut fermer du jour au lendemain et vous vous retrouverez sur la paille. Alors il est vraiment important de comprendre le pourquoi du travail en équipe et du travail sous pression :

  1. Le travail en équipe : son objectif est de faire fonctionner correctement l’entreprise. Chaque service est imbriqué de tel sorte qu’avec la définition des postes de travail (ou encore appelé JOB DESCRIPTION), chacun puisse jouer un rôle particulier. Par exemple, pour rouler à vélo, il faut un individu, une selle pour s’asseoir, les deux pédales, un guidon, des pneus, des freins… au moment où l’individu appuie sur la pédale, il faut que la chaîne bouge et fasse tourner les roues et que le guidon en équilibre permette de montrer la direction. Si la chaîne cale, alors le vélo n’avance pas. Ou si l’individu n’appuie plus sur la pédale, le vélo ne bouge pas. Notre action aussi individuelle soit-elle est donc précieuse dans un ensemble d’actions qui se passent au sein de l’entreprise. Si nous ne sommes pas capables de faire partie de cette chaine de valeur comme le disent certains économistes, alors nous ne participons pas à la création de valeur qui génère le profit qui sert à payer nos salaires. L’expression utilisée dans certains cas est « tirer à flanc ». C’est l’expression qui qualifie l’action de manquer à son devoir sur le lieu de travail et de faire passer sa charge de travail sur les autres. Une fois en passant, cela peut ne pas se remarquer. Mais transformé en habitude, cela pose un sérieux problème non seulement à l’entreprise car la productivité s’en trouve affectée négativement mais aussi un problème au sein de l’effectif. Et l’on devient indésirable. L’impact à long terme se ressent quand l’entreprise finit par se séparer de nous et qu’on se met à la recherche d’un nouvel emploi. Les enquêtes de moralité sur notre personne ne seront jamais en notre faveur. Car l’ancien employeur n’ira pas de main morte en nous accablant de tous les superlatifs négatifs possibles. Alors apprenez à communiquer, à écouter, à se faire éduquer, à éduquer, guider, coacher et travailler ensemble. Travailler en équipe, c’est aussi savoir tirer les autres vers le haut plutôt que vers le bas. C’est savoir partager ses expériences et connaissances avec les autres, pouvoir se substituer par moments et quand il le faut pour pallier à un manquement de la part d’un collègue.
  2. Le travail sous pression : il y a deux expressions célèbres dans le monde des affaires. La première est « le temps c’est de l’argent » et la seconde est « No pity in business ». Alors on comprend aisément que les responsables des entreprises ont besoin de gens capables de travailler vraiment sous pression sans craquer. Car comme enseigné dans les manuels de gestion et surtout de Marketing, un avantage sur le concurrent n’est pas définitif et permanent. Ce qui est vrai surtout dans le monde capitaliste où on est prêt à tout pour faire plus de profits chaque année. La pression est donc permanente sur les épaules des employés même pendant les périodes fastes de la compagnie. Certains malheureusement n’arrivent pas à supporter et suivre le rythme. Un autre aspect vient de la multitude des tâches à assumer dans un délai relativement court dans la plupart des cas. La cadence est donc un facteur très important surtout qu’on sait que l’individu utilisé comme une ressource par l’employeur a une vie en dehors de l’entreprise et donc d’autres obligations : la famille, les amis, les associations… il y a donc une pression énorme qui s’exerce entre le boulot, les amis, la famille (papa, maman, enfants) et le grande famille. Pas étonnant que certains choisissent parfois de se saouler la gueule par moments. Quitte à retrouver rapidement une lucidité pour reprendre le boulot le lendemain sinon c’est mal barré. La pression vient aussi de l’organisme sur deux plans : physiologique et psychologique. Physiologiquement, assumer certaines tâches demande une présence physique impressionnante sinon la fatigue l’emporte suivi de courbatures diverses et d’ennuis de santé répétitifs. Sauf que les employeurs n’aiment pas trop ceux qui tombent malades. Psychologiquement, quand on fait un boulot, on vise l’excellence et on se met la pression soi-même pour bien faire les choses. La moindre erreur met un coup K.O au moral et à s’y mal prendre, on finit par faire une dépression. Dites-vous que la perfection n’existe pas dans ce monde mais que vous faites de votre mieux pour être au top.

Alors on comprend aisément pourquoi ces deux aspects sont très importants pour les employeurs. Bref, c’est ce que j’ai déduis de mon expérience et que je partage avec vous. Vous pouvez améliorer avec vos commentaires. Notre mission, c’est de nous aider à mieux faire.

Merci

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article