Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Graines de pensées...

Temps de service et de repos d'un membre d'équipage

30 Novembre 2016 , Rédigé par TEVI-BENISSAN Daté Martial Publié dans #Voyages-Tourisme, #Vie en Société

Temps de service et de repos d'un membre d'équipage

Le transport aérien est l’un des domaines les plus règlementés au monde. C’est donc un domaine très exigeant dans lequel la moindre erreur peut être pour ne pas dire est souvent fatale. Que ce soit les agents au sol, les techniciens avion, les équipages techniques et commerciaux, une grande rigueur est demandée. Le risque de la fatigue est un facteur très déterminant pour la plupart. De nos jours, nous ne sommes plus à l’heure des essais-erreurs pour que certaines actions soient tolérées. Pour donc pallier et réduire le risque d’accidents, des dispositions sont souvent prises par les autorités aéronautiques. Parmi ces règles, nous distinguons le temps de service (Duty Time) et le temps de repos minimum (Crew Rest Time). Pour aller plus vite, je vais employer l’expression anglaise dans la suite de ma rédaction.

Le Duty Time est le temps de travail d’un membre d’équipage. Contrairement à ce que l’on pense, le temps de travail pour un personnel navigant technique (PNT encore appelé pilote) et un personnel navigant commercial (PNC encore appelé steward pour les hommes et hôtesse pour les femmes) ne commence pas avec l’heure de décollage de l’avion. Il commence bien avant. Dans certaines contrées, le duty time commence dès le transfert du membre d’équipage de son lieu de résidence ou d’hébergement à son lieu de travail (l’aéroport). Et même avant le décollage, il y a la période de briefing qui peut aller d’une demi-heure (30min) à une heure (1h) prenant en compte l’exposé sur les conditions du vol (nombre de passagers, route aérienne à suivre, préparation de l’embarquement des passagers…). A l’atterrissage, après avoir remercié les passagers, un temps est encore utilisé pour faire le point et rédiger le rapport du vol. Et c’est après cette période que le temps de service prend fin. Cependant, il y a des règles qui régissent la durée de ce temps en fonction du nombre de stops (ou d’atterrissages) prévus, de la tranche horaire de départ. Par exemple, pour un décollage prévu à 3h du matin, le duty time peut être limité à 8h pour un maximum de 3 atterrissages. Alors que pour un départ prévu à 10h, le duty time peut aller jusqu’à 10 ou 12h en fonction toujours du nombre d’atterrissages. C’est pour cela que certaines compagnies changent d’équipages une fois arrivée dans certains aéroports.

Le Crew Rest Time est le temps prévu pour que les équipages se reposent avant de reprendre du service. Il prend en compte le temps du trajet aéroport-hôtel-aéroport, le temps pour déjeuner ou dîner, se doucher et s’habiller, et surtout une tranche indivisible de 8h de repos dans le lit. La plupart des compagnies aériennes de nos jours font ce qu’il convient d’appeler du NIGHT STOP. C’est-à-dire que le vol quitte la base pour une destination et ne revient que le lendemain avec le même équipage. Dans ce contexte, le Duty Time et le Crew Rest Time sont complémentaires. Les règlementations variant d’une autorité aéronautique à une autre parfois pour ne pas dire souvent, il est fastidieux de définir un temps fixe correspondant au Crew Rest Time.

Ces deux concepts ont des impacts sur les vols quand ils ne sont pas respectés : soit le vol est annulé car le temps de service est trop long et qu’il n’y a pas de possibilité d’emmener l’avion jusqu’à destination finale, soit le vol est retardé pour que l’équipage soit dans de bonnes dispositions pour conduire les opérations. Toutes ces règles existent avec pour seul objectif d’assurer la sécurité des passagers et de réduire sinon éviter les accidents liés au transport aérien.

Des repos obligatoires sont aussi observés par les PNT et PNC par mois à part les congés ordinaires. Et le temps de service annuel est limité. Là aussi, la discrétion est laissée à l’autorité de l’aviation civile. Le Duty Time annuel est souvent compris entre 900 et 940-960 heures et peut même parfois aller jusqu’à 1.000 heures. Alors qu’un employé de bureau travaille en moyenne 1920 heures par an (48 semaines de 40h en excluant les congés). Cela laisse penser que le travail de PNC ou de PNT semble facile à vue d’œil. Mais ma foi, je ne répondrai pas à leur place sur ce point.

A bientôt pour un autre article.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article