Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Graines de pensées...

Vers une réforme du CFA : 3ème Partie – Que faire aujourd'hui?

3 Novembre 2016 , Rédigé par TEVI-BENISSAN Daté Martial Publié dans #Gestion-Finances-Marketing, #Vie en Société

Vers une réforme du CFA : 3ème Partie – Que faire aujourd'hui?

Tout récemment, je me suis lancé dans une tentative d’éclaircissement sur le Franc CFA en partant de la définition de la monnaie à l’origine du FCFA d’autant plus que ce n’était pas une monnaie créée par les 14 pays africains (UEMOA et CEMAC) qui l’utilisent. Beaucoup de questions ont été posées à la fin du 2ème volet. Vous vous attendez peut-être que je fournisse les réponses dans cette partie qui sera je crois la dernière. Mais ce ne sera pas le cas. Je vais juste évoquer quelques pistes pour nous aider dans la réflexion commune que nous faisons.

Il suffit de s’asseoir, d’observer les réactions autour de la monnaie, de voir les différents intervenants et ce que ces intervenants demandent ou exigent pour savoir que la question n’est pas aussi simple que l’on veut nous le faire croire même si tout le monde y compris moi, s’accorde sur un point : il faut faire quelque chose.

C’est ce quelque chose qui nous interpelle.

Les experts de la géopolitique seront les mieux disposés à nous expliquer les intérêts recherchés par les uns et les autres. Car chaque grande puissance économique recherche toujours et toujours une chose : un terrain à dominer. Aujourd’hui 14 pays de l’Afrique Francophone utilisent cette monnaie et pourtant c’est toute l’Afrique qui demande son abolition. Pourquoi ?

Ce qui est évident, c’est que tout changement fait toujours passer les gens par une zone d’incertitude charnière qui peut être soit un tremplin soit un casse-couille. Mais connaissant les africains que nous sommes et notre façon de gérer les choses, je parie à 2000% que nos dirigeants vont penser à se remplir les poches d’abord. Les discours sont beaux actuellement mais nos dirigeants peuvent-ils organiser des débats publiques avec des chiffres et des projections à l’appui pour nous éclairer ?

Par exemple, commençons par expliquer ce que nous voulons vraiment : réformer ou changer carrément ?

En cas de réforme, que ferons-nous ? Modifier la part de la réserve obligatoire en baissant le montant de 85% à combien ? Si on fait une baisse de 1%, cela génère combien de billets frais dans l’économie de chaque pays ? Et comment cette liquidité va-t-elle être gérée ? 14 pays supposent aussi presque 14 voix ensemble mais cela ne peut pas aussi empêcher certains de se détacher du lot. Mais quel lendemain ? La France à qui profite cette réserve obligatoire va-t-elle accepter ? Si oui, cela se serait-il aussi facile ? Quel serait le poids de la France désormais dans l’Union Européenne et sa place dans le concert des grandes Nations ?

En cas de changement complet, allons-nous récupérer les réserves constituées auprès du Trésor Français ? Avons-nous des recours légaux pour le faire ? Combien de temps cela prendra ? La nouvelle monnaie sera-t-elle toujours commune à ces 14 pays ou certains feront cavaliers seuls ? Ou bien aurons-nous à ce moment une monnaie unique en Afrique (on est bien loin de cette réalité en tout cas, c’est ce que je pense). Pourquoi les autres pays africains demandent que le CFA disparaissent ? ils ont quoi à y gagner ? Ou mieux, qui les pousse à pousser les 14 pays utilisant le CFA à abandonner cette monnaie ?

J’ai juste des théories :

  1. La Chine qui essaie de retrouver un empire après la crise de 2008 est une possibilité. D’ailleurs beaucoup de pays africains ne se tournent-ils pas vers la Chine aujourd’hui pour financer des travaux et des usines sur le continent avec en contrepartie des concessions économiques comme le faisaient les Européens ?
  2. Les USA disposant d’un marché saturé serait peut-être à la recherche d’un terrain bien riche et mal exploité et pourrait pousser indirectement d’autres pays à faire pression sur les dirigeants des 14 pays utilisant le CFA
  3. La montée en puissance de la Russie et le rééquilibrage des forces sur le globe terrestre avec les prises de positions en Ukraine, en Turquie et en Syrie. Donc chaque puissance essaie de se refaire une bonne santé financière par le jeu des alliances en prévision des ressources souterraines.
  4. L’affaiblissement de l’Union Européenne ou la peur d’un éclatement suite au Brexit. En effet, que deviendra l’EUROPE si la Grande Bretagne réussit son pari et que d’autres pays vont l’imiter ? Y aurait-il encore un avenir pour l’Euro ? Comment se comporteront les économies de ces puissances européennes ?
  5. Un besoin de maquillage des détournements de fonds réalisés pendant des décennies par nos dirigeants corrompus qu’ils sont pour la plupart à des degrés divers.  En effet, n’y aurait-il pas des possibilités de camoufler des détournements ou faire du blanchiment via les dévaluations et je ne sais quoi encore ?
  6. Etc….

Bref, nous comprenons que c’est une situation complexe. Vivement que nos dirigeants soient éclairés sur tous les aspects en prenant soin d’écouter les spécialistes monétaires, leur poser des questions, faire le tour de toutes les options et enfin qu’ils prennent la meilleure décision pour les peuples qui leur ont confié cette responsabilité de gouverner. Sinon ce serait en fait faire un grand saut dans le vide et ne pas pouvoir atteindre le fond avant un autre siècle.

Toi mon frère qui pense que ce débat appartient uniquement aux experts et aux dirigeants, tu te sens concerné maintenant ? En tout cas les officiels des deux banques centrales et les officiels français se sont prononcés récemment en faveur du statu quo.

D'éminentes personnes ont aussi écrit sur le sujet. Par exemple, La Réforme du CFA du Dr Abdourahmane SARR, Président du CEFDEL/MRLD - Le 7 octobre 2016 ou Réformer le CFA avec la Monnaie-Trésor de Dieudonné ESSOMBA, Ministre de l’Economie du Cameroun. Vous pouvez cliquer pour lire un peu. 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article