Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Graines de pensées...

La route aérienne

16 Décembre 2016 , Rédigé par TEVI-BENISSAN Daté Martial Publié dans #Voyages-Tourisme, #Gestion-Finances-Marketing, #Découverte du Togo, #Vie en Société

La route aérienne

Ne vous tracassez pas trop. Il n’existe pas que des routes sur terre. Il en existe aussi dans les airs, sur les mers également. La route aérienne ou Air Route est l’itinéraire suivi par un avion qui vole d’un point A à un point B. elle est déterminée en tenant compte de beaucoup de facteurs dont le plus important est la météo.

C’est un peu le même scénario quand nous prenons notre voiture d’un point à un autre. Il est clair que toutes les routes peuvent être droites mais il arrive toujours des endroits où elle fait une courbe. Nous accuserons la structure du sol, ou les besoins d’urbanisation. La route aérienne est définie par des équipes de spécialistes et communiquée aux contrôleurs aériens pour que les avions puissent être suivis. A cause des déviations pour éviter des courants d’air ou des zones de turbulence suivant les prévisions météorologiques, un avion ne vol jamais en ligne droite. La route aérienne en plus de certaines informations d’ordre opérationnel constituent le plan de vol.

Il peut arriver qu’un pilote dévie de la route aérienne à suivre. Mais cela suit certaines règles car il doit justifier le pourquoi et obtenir l’aval de la tour de contrôle qui se rassure que la nouvelle route ne présente aucun danger. Les raisons qui peuvent pousser les pilotes à changer de route sont diverses :

  • Gagner du temps et donc économiser du carburant
  • Mauvais temps par rapport à la route initialement prévue
  • Fermeture d’espace aérien ou d’aéroport
  • Zone de guère subite
  • Piratage (détournement d’avion)

C’est donc d’une sensibilité extrême que de changer d’itinéraire en plein vol. En cas de changement de route en plein vol, plusieurs éléments sont pris en compte : la quantité de carburant, le temps de vol restant à courir, les aéroports de dégagement (si fonctionnel ou pas y compris les conditions météorologiques)…

Plus haut, j’évoquais les routes aériennes qui sont souvent sinusoïdales. Mais il peut arriver que certains avions volent presque en ligne droite alors que d’autres de même catégorie ne le feront pas. C’est ce que l’on appelle ETOPS (Extended-range Twin-engine Operation Performance Standard) dans le transport aérien. Des modifications supplémentaires sont faits sur les moteurs de telle sorte que l’avion puisse continuer à voler avec un moteur en panne sur une certaine distance. Il existe plusieurs catégories : ETOPS-90, ETOPS-120, ETOPS-180, ETOPS-330. Les chiffres sont mis pour indiquer le temps en minute. Donc en cas de panne d’un moteur de l’avion, le pilote peut encore voler pendant 90 minutes au-dessus d’une zone inhabitée à la vitesse de croisière de l’avion avant d’atterrir. Donc, plus le chiffre est élevé, plus vous pouvez utiliser des routes plus directes en survolant des zones ne disposant pas d’aéroports de dégagements. Cette certification est accordée dans certaines conditions et suit un processus long (documentation, audits…) et parfois coûteux (formations des équipages, modifications techniques sur l’avion…). Pour donner un cas pratique, j’ai recherché et trouvé l’image ci-dessous (Site de l’avionnaire.fr). En temps normal, sans ETOPS, l’avion ne peut pas suivre la ligne café jusqu’à l’aérodrome d’arrivée. Mais serait obligé de dévier et se rapprocher de l’aérodrome de dégagement. Mais avec ETOPS, l’avion peut faire le direct. L’utilisation ETOPS commence à partir du point marqué « Point Entrée ETOPS ».

Pe1 est le point équitemps le long de la trajectoire de vol et qui se situe à un même temps de vol à partir de l'aérodrome de départ et l'aérodrome de dégagement.
Pe2 est le point équitemps le long de la trajectoire de vol et qui se situe à un même temps de vol à partir de l'aérodrome de dégagement et l'aérodrome d'arrivée.

Un peu compliqué à comprendre ? Alors retenez juste que la certification ETOPS permet aux compagnies aériennes de faire des vols plus courts en survolant des zones dépourvues d’aéroports dans un délai donné avec un moteur à l’arrêt. Je crois que c’est plus simple comme cela.

A bientôt encore pour un autre article.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article