Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Graines de pensées...

FOOT ET POLITIQUE: LA CAN GABON 2017 AURA BEL ET BIEN LIEU

11 Janvier 2017 , Rédigé par TEVI-BENISSAN Daté Martial Publié dans #Sport, #Vie en Société

FOOT ET POLITIQUE: LA CAN GABON 2017 AURA BEL ET BIEN LIEU

ENGLISH VERSION AT THE END

Une des règles de la FIFA interdit aux politiques de se mêler des affaires footballistiques. Les politiques peuvent subventionner, mais n’ont pas droit de prendre des décisions. Et tous les pays dont les politiques se mêlent se retrouvent souvent suspendus de toutes compétitions. Je me suis toujours posé des questions pour comprendre le pourquoi car j’ai toujours trouvé injuste d’investir dans une affaire et ne pas sanctionner si mon investissement a été mal géré. Mais plus le temps passe, plus je mets de l’eau dans mon vin.

Je prends pour exemple, le GABON avec la CAN 2017. Il y a de cela quelques années que les gabonais ont appelé de toutes leurs forces et fait du lobbying pour obtenir l’organisation de la CAN. Si tel est le cas, serait-ce pour éviter la phase de qualification et s’assurer de la jouer ? Peut-être. Mais à mon avis, je pense que c’est pour plusieurs raisons : les retombées économiques, l’ambiance nationale et panafricaine, l’exposition du pays et des potentialités, le développement du tourisme et l’appel à l’investissement… Mais cette fête n’est plus du goût de certains gabonais qui trouvent que c’est de l’argent gaspillé alors que d’autres domaines (santé, éducation…) ont besoin d’investissements. Motifs réels ou juste un saupoudrage parce que leur champion Jean Ping n’a pas pu se faire élire officiellement Président de la République ?

Et pourtant, la CAN ne se prépare pas sans investissements réels : construction de routes et d’hôtels, amélioration d’infrastructures hospitalières (même si ce n’est pas tous les centres de santé) créant ainsi des emplois depuis quelques années. La CAN aura sans nul doute aussi des retombées pour le pays et pour les habitants : augmentation de chiffres d’affaires (seul investissement sera dans le stock de produits), emplois temporaires pour les chômeurs pendant au moins la durée de la CAN… C’était la même chose au Brésil l’année passée avec les Jeux Olympiques de RIO. Les mécontents ont beau manifester leurs sentiments, la fête a eu lieu. Et la CAN GABON 2017 aura lieu quoiqu’il se passe. En tout cas, les joueurs sont déjà prêts à aller en découdre pour soulever le trophée d’une valeur financière passée à deux milliards et demi. Même si le Zimbabwe fait sa crise de primes, la CAN aura bel et bien lieu.

Mon vœu est de voir tous les gabonais, tous les africains et les amoureux du foot à se mobiliser derrière les équipes nationales pour que la fête soit belle. Quand on aura fini, les politiques peuvent reprendre la hache de guerre. Après tout, il ne faut pas oublier qu’on ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs.

///////////////////////////////////

ENGLISH VERSION

 

One of the rules of FIFA prohibits politicians from meddling in football affairs. Politics may subsidize but do not have the right to make decisions. And all the countries whose politics mingle are often suspended from competitions. I have often asked myself questions to understand the reason why I have always found it unfair to invest in a business and not sanction if my investment has been mismanaged. But the more time passes, the more I put water in my wine.

I take as an example GABON with AFCON 2017. A few years ago, the Gabonese called with all their might and lobbied for the organization of the AFCON. If so, would it be to avoid the qualifying phase and ensure that it is played? Perhaps. But in my opinion, I think it is for several reasons: economic spin-offs, the national and pan-African atmosphere, the country's exposure and potential, the development of tourism and the appeal for investment. The party is no longer the taste of some Gabonese who find that it is money wasted while other areas (health, education ...) need investment. Real motives or just a sprinkling because their champion Jean Ping could not get officially elected President of the Republic?

Yet, the AFCON is not being prepared without real investments: building roads and hotels, improving hospital infrastructures (even if not all health centers), thus creating jobs in recent past years. The AFCON will undoubtedly also have spin-offs for the country and for the population: increased turnover (only investment will be in the stock of products), temporary jobs for the unemployed for at least the duration of the AFCON ... It was the same in Brazil last year with the RIO Olympics Games. The malcontents may manifest their feelings, but the feast has taken place. And the AFCON GABON 2017 will take place whatever happens. In any case, the players are already ready to go to battle to raise the trophy with a financial value passed to two and a half billion XOF. Even if Zimbabwe does its premium crisis, the CAN will indeed take place.

My wish is to see all the Gabonese, all the Africans and the football lovers mobilize behind the national teams so that the festival is beautiful. When we have finished, politicians can resume the hatchet. After all, we must not forget that we do not make omelettes without breaking eggs.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article