Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Graines de pensées...

Le Pouvoir est DOUX

17 Février 2016 , Rédigé par TEVI-BENISSAN Daté Martial Publié dans #Vie en Société, #Gestion-Finances-Marketing

Le Pouvoir est DOUX

L’exercice du pouvoir : facile ?....ou pas ?

Il est souvent difficile d’expliquer ce qu’est le pouvoir pris dans son élément brut. Mais de façon général, c’est une faculté ou une capacité d’accomplir quelque chose. C’est d’ailleurs cette complexité qui fait qu’on le place toujours dans un contexte bien précis pour mieux cerner le sens.

Ce qui m’intéresse ici n’est pas tant que cela la définition ou le sens qu’a ce mot mais plutôt la façon dont l’homme l’utilise. Car c’est une responsabilité que d’avoir un pouvoir.

Imaginez que vous êtes un super-héros et que vous avez le pouvoir du maître du temps comme Hiro Nakamura. Que feriez-vous ? Je ne vous le cache pas, moi j’irai dans le futur voir les numéros gagnant du tirage Euro millions quand la cagnotte atteint les 75 millions d’Euros et revenir dans le présent pour jouer. Mais ce que je ferai après, je ne le sais pas encore.

Imaginez que demain vous vous réveillez dans la peau du Président de la République. Que feriez-vous ? Je parie que certains construiraient en même temps un château, d’autres vont égrener tout un chapelet de problèmes qu’ils vont résoudre… Bravo, vous avez gagné au jackpot dans ce cas. Mais ce qui est vrai, c’est que ce n’est pas évident et pas facile.

  1. La responsabilité : le pouvoir que vous avez-vous engage envers vous-mêmes d’abord et envers la société

L’engagement envers vous-mêmes vient du fait que vous devez maitriser le pouvoir qui vous est confié. Quelles sont vos prérogatives, ce que vous êtes autorisés à faire ou ne pas faire. Car on attend de vous d’être un modèle (pour vous-mêmes) et un modèle pour ceux qui sont sous votre responsabilité.

Un engagement envers la société car vous avez leur destin en mains. Vous avez le pouvoir de décider à leur place et pour eux. Mais pas que pour eux mais aussi pour les générations futures. Vous êtes donc amenés à faire des choix pour les autres. Alors réfléchissez bien en prenant soin d’avoir toutes les informations nécessaires car l’asymétrie de l’information fait que tout le monde n’est pas informé de la même façon et cela porte des appréciations diverses.

  1. Les protagonistes : il y aura toujours des mécontents

Les protagonistes, vous en aurez toujours. Car il y aura toujours une personne qui ne sera presque jamais satisfaite de vous. Vous pouvez être le meilleur Manager, le meilleur Président, le Meilleur Pape, le Meilleur mari, la meilleure femme…, il y aura toujours à dire sur vous. Car l’homme n’est pas parfait. Il est donc important de ne pas rompre la discussion peu importe les difficultés. Si quelqu’un vous critique trop, alors responsabilisez-le et quand il sera critiqué à son tour en pensant mettre en œuvre la meilleure des décisions, il vous comprendra. Il convient donc d’expliquer ou presque les motivations de nos décisions. Certes, tout le monde ne sera pas d’accord avec nous mais au moins nous aurons eu le mérite d’être transparent. Certains choix sont difficiles diront les uns mais en réalité c’est chaque choix qui l’est.

  1. Le délai imparti : le départ est toujours difficile malgré les difficultés de l’exercice du pouvoir

C’est la partie la plus délicate. Quand on est chef de famille, c’est jusqu’à la mort. Quand on est plutôt porté à une responsabilité par un suffrage, tout change. Car il y a une durée impartie. Sommes-nous forcés de réaliser tous nos vœux ? Je ne saurai répondre à cette question. Le plus important c’est de bien faire ce qu’on nous demande de faire et de partir la tête haute le moment venu. Mais est-il vraiment facile de partir quand on a gouté à un truc aussi doux que le pouvoir ? Même dans nos associations de jeunes ou d’Église, ce n’est pas facile de transmettre le flambeau à un autre. C’est vrai que parfois on a hâte que cela finisse mais le jour de la passation, l’émotion prend toujours le dessus. En politique, c’est encore pire. On dit qu’en Afrique, les présidents ne veulent pas laisser le pouvoir. Qui vous dit que c’est seulement en Afrique ? Regardez aussi en Europe (Sarkozy, François Fillon, Jean-Marc Ayrault…en France, Vladimir Poutine en Russie…), aux USA (la famille BUSH, la famille CLINTON)… Pour quelles raisons, allez y chercher à savoir. Cher Macky Sall, tu as raison : mandat présidentiel au Sénégal là, c’est 7 ans et il faut respecter le Conseil Constitutionnel. Le pouvoir est doux. Mais...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article