Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Graines de pensées...

Famille recomposée : l’arrivée du nouveau conjoint dans la famille

3 Mai 2016 , Rédigé par TEVI-BENISSAN Daté Martial Publié dans #Vie en Société

Famille recomposée : l’arrivée du nouveau conjoint dans la famille

Une famille recomposée est une famille dans laquelle les parents et les enfants n’ont pas un lien consanguin direct. A l’opposé d’une famille traditionnelle où les deux parents sont les vrais papa et maman de l’enfant ou des enfants, la famille recomposée est plutôt constituée de papa et/ou maman ayant des enfants issus d’une précédente union. On distingue par exemple :

  1. Papa ou maman divorcé(e) et son (ses) enfant (s) + un nouveau partenaire sans enfants
  2. Papa ou maman divorcé(e) et son (ses) enfant (s) + un nouveau partenaire avec enfants
  3. Papa et maman ensemble avec un enfant adopté avant d’avoir eu la chance de donner naissance eux-mêmes à un enfant.

Les cas les plus fréquents sont les deux premiers. En tout cas, l’objet principal ici c’est la vie avec un enfant qui n’est pas le vôtre mais qui appartient à l’ex de votre partenaire. C’est donc un bousculement du schéma traditionnel de la famille qui pose d’énormes difficultés. Mais quand ce type de famille réussit, c’est vraiment mignon à voir. Mais pour qu’elles réussissent, il faut surmonter un certain nombre de situation ou savoir gérer en rassurant tout le monde. Tout commence avec l’arrivée du nouveau conjoint dans la famille.

Les motifs de séparation étant variés, je voudrais si vous le permettez de prendre uniquement le cas de parents divorcés et ayant des enfants et le cas des célibataires qui épousent des partenaires déjà parents célibataires. Je vais exclure les cas de veuvage.

On dit souvent que l’on ne choisit pas sa famille mais encore moins sa famille recomposée. C’est ainsi qu’on fait face à l’arrivée du nouveau conjoint dans la famille.

C’est le point de départ de la famille recomposée. C’est un nouvel environnement surtout pour l’enfant. Certains enfants acceptent un peu plus facile ce qu’ils considèrent comme une intrusion mais d’autres par contre ont besoin de temps pour accepter de créer un lien avec un adulte. Alors il faut prendre le temps d’en parler longuement avec l’enfant surtout que le conjoint viendra vivre à plein temps à la maison. Il faut aborder tous les aspects et le préparer. Cette étape dépend aussi de l’âge de l’enfant. On ne peut quand même pas avoir une discussion pareille avec un bébé ou un enfant de 2 ou 3 ans qui ne comprend rien à ce qui se passe. Mais dès que l’enfant a l’âge de mieux comprendre, il faut prendre le temps de discuter avec lui. Ses sentiments doivent être pris en compte et notre réaction doit permettre de le mettre en confiance dans ce nouveau cadre de vie. Il faut éviter que l’enfant prenne la situation comme une imposition. Mais l’acceptation de cette relation n’est pas du fait seulement de l’enfant ou de son parent direct mais aussi du conjoint qui rejoint la famille. Le conjoint ou le futur beau parent doit réussir à mettre à l’aise tout le monde et donner le temps à l’enfant de tisser une relation privilégiée avec lui.

Tisser une relation d’individu à individu avec l’enfant n’est pas synonyme pour l’enfant de considérer l’adulte comme son copain ou un égal. Il est donc important aussi pour le beau-parent de trouver la place qui lui convient dans sa nouvelle famille. Il doit incarner un adulte sur lequel l’enfant peut compter et à qui on doit respect et obéissance. Il doit avoir un rôle éducatif, et au moins un devoir d’autorité et de protection mais attention, sans se substituer au parent biologique. Il faut laisser plutôt l’enfant vous considérer comme son parent sinon il y a un risque de rejet. Le parent de l’enfant aussi a le devoir d’aider le beau-parent à trouver sa place dans ce nouvel environnement. Ce rôle est même décisif car il doit l’aider en le responsabilisant et en lui laissant des initiatives en matière de vie familiale. C’est la base. Si elle est faussée, alors cela va être difficile à rattraper mais pas impossible.

De toute façon, peu importe le modèle de famille, la communication doit primer. C’est à travers la communication que les membres s’ouvrent et deviennent des êtres soudés. Passée cette étape, il y a celle de la gestion de la belle-famille (tant pour l’enfant que pour l’adulte sui intègre la famille). Même si l’enfant fait partie du processus d’unité de la nouvelle famille, la responsabilité première revient aux parents qui refondent la famille.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

lucie rajec 04/05/2016 13:29

B