Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Graines de pensées...

FATIGUE DE LUTTER ?

24 Mai 2017 , Rédigé par TEVI-BENISSAN Daté Martial Publié dans #Lutter, #Se battre, #Réussir, #Triompher, #La vie, #Les défis, #Vie en Société, #Foi-Religion, #Fatigué de lutter, #MartialEnMarche

FATIGUE DE LUTTER ?

La vie est un parcours de combattant. Sauf que c’est un combat qui ne finit jamais et c’est cela le paradoxe. Alors il arrive des moments où on est fatigué de se battre ou de lutter. Que faire dans ce cas ? Si je prends un pays comme la Syrie aujourd’hui, tout a commencé comme c’était le cas en Egypte, en Lybie, au Yémen. Mais tout ne s’est pas déroulé de la même façon. Et ne se poursuit pas non plus de la même façon.

La réaction n’est donc pas toujours la même suivant l’homme que nous sommes, notre histoire, notre contexte, nos moyens et nos objectifs. Les stratégies des uns et des autres diffèrent mais les plus populaires semblent être :

  • Foncer tête baissée peu importe le résultat : c’est la technique du taureau qui joue son va-tout sans se soucier si la cible sera atteinte ou pas. L’objectif devient un peu comme du « tout ou rien du tout ». Soit on sort vainqueur, soit on sort vaincu. Mais la question est : que se passera-t-il après ? Le combat s’arrête-t-il vraiment ? Si on sort vainqueur, que fait le vaincu ?
  • Reculer pour mieux sauter : c’est une stratégie que beaucoup qualifient de diplomatique. On laisse le combat pour se replier et soit relancer la même stratégie (en espérant que l’autre en face baisse la garde) ou soit changer de stratégie. L’objectif ici tient beaucoup plus à un effet de surprise.
  • Trouver des alliés : c’est une méthode qui marche mais que beaucoup n’exploitent pas car les alliés souvent pensent déjà à une récompense en cas de victoire s’ils t’apportent leur soutien. Car eux aussi peuvent se retrouver sous la menace de celui contre lequel tu te bats si jamais ensemble vous échouez. Il se pose aussi souvent un problème de confiance qui fait qu’on a du mal à envisager immédiatement cette solution.
  • Changer de combat : c’est une façon de reconnaître que l’on ne dispose pas des armes nécessaires qu’il faut et qu’il faut plutôt faire face à un adversaire à sa taille. Beaucoup qualifient cette stratégie de « sage décision » car un adage de chez nous dit qu’on tue le serpent proportionnel au bâton dont on dispose.
  • Abandonner : c’est se résigner complètement et se laisser balader par les aléas de la vie. C’est en quelque sorte une façon de cesser de vivre. Car on n’a plus d’objectifs dans la vie et on se fout royalement de ce qui peut se passer à tout moment. Et si le vent un jour décide d’être favorable c’est tant mieux.

C’est parce que tous les combats ne sont pas égaux que certains n’hésitent pas à attendre de Dieu qu’il fasse des miracles comme pour les israélites dans le désert quand il fit tomber la manne du ciel. Ils passent plus de temps à prier qu’à agir. Paradoxe, quand Jésus lui-même enseigne qu’il faut faire un effort pour que Dieu bénisse en abondance le peu que nous réussirons à glaner. Je ne dis pas qu’il faut arrêter de prier souvent. Il le faut. J’insiste juste sur le fait que prier et oublier d’agir ne porte pas souvent de fruits.

D’autres aussi n’hésitent pas à se laisser aller aux forces occultes qui ne demandent que des sacrifices parfois humains pour vous mettre à l’aise matériellement et ensuite vous dévorer de l’intérieur. L’occultisme de la chose fait qu’en réalité, nous ne savons pas ce que cela nous coûte en réalité.

Je ne me pose nullement en juge dans mon article. Je souhaite juste lancer un débat avec vous : « Que faites-vous quand vous êtes fatigués de lutter ? ».

 

NB: Moi je fais une bonne sieste, je prends un CAC1000, je fais une petite prière et je reprends jusqu'à réussir à dormir encore. 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article